Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP)

Démocratie-Egalité-Progrès

1er Congrès ordinaire du MPP

1er Congrès ordinaire du MPP

Premier congrès du MPP : Se donner les moyens pour écrire une nouvelle page de l’histoire du Burkina. Placé sous le thème « Ecrire une nouvelle...

Bureau exécutif national du MPP

Bureau exécutif national du MPP

1- Président du BEN, Président du Parti : Roch Marc Christian Kaboré 2 – 1er Vice-président chargé de l’orientation politique : Salif Diallo 3 –...

Assemblée générale constitutive

Assemblée générale constitutive

La cérémonie de lancement du Mouvement a été précédé, dans la matinée, d’une séance de travail qui a connu la participation 117 personnes....

Discours de cloture de l’assemblee generale constitutive

Discours de cloture de l’assemblee generale constitutive

DISCOURS DE CLÔTURE DE L’ASSEMBLEE GENERALE CONSTITUTIVE DU PARTI PRONONCE PAR LE CAMARADE ROCH MARC CHRISTIAN KABORE Ouagadougou, le 25 janvier...

Discours de Roch Marc Christian KABORE 1er congres du MPP

Discours de Roch Marc Christian KABORE 1er congres du MPP

Ouagadougou, le 5 avril 2014 Excellences Messieurs les Ambassadeurs et chefs de mission diplomatique et consulaire Monsieur le Chef de file de...

  • 1er Congrès ordinaire du MPP

    1er Congrès ordinaire du MPP

  • Bureau exécutif national du MPP

    Bureau exécutif national du MPP

  • Assemblée générale constitutive

    Assemblée générale constitutive

  • Discours de cloture de l’assemblee generale constitutive

    Discours de cloture de l’assemblee generale constitutive

  • Discours de Roch Marc Christian KABORE 1er congres du MPP

    Discours de Roch Marc Christian KABORE 1er congres du MPP

Roch Marc Christian KABORE

Salif DIALLO

Simon COMPAORE

Qui est en ligne?

Nous avons 19 invités et aucun membre en ligne

Nombre de visiteurs

032599
Aujourd'hui
Cette semaine
Ce mois
Tous
26
94
579
32599

Date : 22-10-2017- 19:00:33

Nos réseaux sociaux

Salif Diallo : « Le MPP, c’est le peuple en mouvement »

« Militantes et militants du Kadiogo, merci pour cette mobilisation extraordinaire. Nous avons reçu le refus d’une salle de 5000 places, nous voilà ce soir dans un stade de 25 000 places. Cela est le signe de notre future victoire.

Avant d’aller plus loin, permettez-moi, au nom du président du parti, le camarade Roch Marc Christian Kaboré, de présenter mes salutations respectueuses à notre grand voisin de ce soir, le Mogho Naaba Baongo. Permettez-moi à sa suite de saluer les notabilités coutumières et religieuses du Burkina Faso, de l’Ouest à l’Est, du Nord au Sud.

Permettez-moi de rendre un hommage mérité à la résistance et au combat des femmes du Burkina Faso. Permettez-moi de dire, avec le président Roch Marc Christian Kaboré, que l’avenir, c’est demain et demain, c’est la jeunesse de notre pays.

Nous voudrions saluer les congressistes venus des 45 provinces du Burkina Faso, de l’extérieur du Burkina Faso pour témoigner leur engagement à la lutte pour un changement radical au Burkina Faso.

Le congrès qui s’achève est une victoire de notre peuple contre l’imposture, c’est une victoire de notre peuple contre les tentatives d’instauration dictatoriale d’un régime à vie.

Le congrès qui s’achève marque le début de notre marche triomphale vers Kossyam. Le premier jour, nous étions vers Gounghin au CBC, hier et ce matin, nous étions à la Maison du Peuple, cet après-midi, nous sommes au stade municipal, à la fin de cette année, nous serons vers Laïco et en Novembre 2015, nous serons à Kossyam.

Camarades, ni les intimidations, ni l’argent distribué, ni le trafic de toutes sortes ne peuvent empêcher le MPP d’arriver au pouvoir parce que le MPP, c’est le peuple en mouvement. Ce mouvement du MPP, c’est le peuple, c’est la jeunesse, c’est la femme du Burkina. Le MPP, c’est le fonctionnaire, c’est le paysan, c’est l’ouvrier, c’est notre peuple en mouvement pour son émancipation. Notre peuple est invincible.

Ce parti n’est pas celui de Roch Kaboré, n’est pas celui de Salif Diallo, ni de Simon Compaoré. C’est le parti du peuple, de la jeunesse et des femmes. C’est pourquoi, notre victoire est inéluctable.

En attendant que le président Roch Marc Christian Kaboré vienne saluer les forces politiques du pays, je voudrais rendre un hommage au mouvement démocratique, au mouvement syndical, au mouvement de résistance populaire dans ce pays pour aujourd’hui et pour demain.

Notre congrès qui s’achève a regroupé toutes les classes sociales laborieuses de notre pays. Nous avons eu à ce congrès les fonctionnaires, les ouvriers, les paysans, les artisans, les commerçants, les médecins, les physiciens… tout le monde y était sauf ceux qui sont contre le Burkina Faso. Ceux qui sont contre le peuple, bientôt, vont payer pour leur forfaiture quand le peuple avec le MPP sera au pouvoir.

Camarades, le MPP, c’est le parti qui fait osmose avec les intellectuels, avec les ouvriers, avec les paysans. Les paysans sont pour la première fois dans notre bureau politique. Pour la première fois, les représentants authentiques de la paysannerie sont dans notre bureau exécutif. Les représentants de la classe ouvrière sont dans notre bureau exécutif. C’est dire que le programme que nous avons mis en place lors de ce congrès n’est pas un programme pour des notabilités politiques. C’est un programme pour les classes laborieuses de notre pays. Des paysans, des ouvriers, des femmes, des jeunes et de tous ceux qui souffrent de la misère, de la précarité.

Camarades, le programme social-démocrate que nous avons bâti est là pour répondre aux aspirations profondes de ce vaillant peuple, meurtri, en lutte contre l’adversité naturelle et en lutte contre les inégalités de toute sorte. Ce programme, dis-je, est un programme social-démocrate qui consacre l’économie de marché, mais une économie de marché régulé qui interdit les monopoles, les pillages. C’est un programme social-démocrate qui mettra en place une nouvelle gouvernance, une démocratie, pleine, transparente et alternatif, alternatif du point de vue social mais qui consacre aussi l’alternance. Personne ne pourra être au pouvoir plus de dix ans encore dans ce pays avec le MPP. Notre programme est également un programme de travail pour libérer la jeunesse, pour libérer la femme, pour libérer le paysan, l’ouvrier et tous ceux qui luttent pour l’épanouissement de ce pays.

C’est ainsi que dès l’avènement du MPP au pouvoir, nous allons changer radicalement la gouvernance. Nous allons dissoudre tous les ministères existant, nous allons reconstruire de nouveaux ministères qui répondent aux aspirations du peuple. Le MPP au pouvoir également, nous allons réformer l’armée et les forces de défense de ce pays pour que l’armée, la gendarmerie, la police, la douane, les eaux et forêts constituent des forces soumises au pouvoir civil démocratiquement élu.

Camarades, le soleil qui se lève est un soleil de changement, il est irrésistible. Nous qui avons quitté le CDP, nous l’avons oublié depuis hier. Avec les autres forces politiques qui ont fusionné avec nous, nous entendons donner le pouvoir au peuple parce qu’au lendemain de notre prise de pouvoir par le vote, nous allons dissoudre l’Assemblée nationale actuelle, nous allons dissoudre les mairies actuelles, nous allons dissoudre les conseils régionaux actuels pour permettre au peuple dans une transparence absolue de désigner ses représentants authentiques.

Camarades, nous disons que ce programme-là est écrit avec le peuple et sera exécuté avec le peuple et pour le peuple. Nous disons que le programme social-démocrate que nous mettons en place n’est pas là pour créer des notabilités politiques, encore moins des notabilités financières. Nous disons que notre programme économique va changer d’abord l’éducation. Le système d’éducation et de formation sera revu pour mettre l’accent sur la formation scientifique, la formation professionnelle pour que l’école du Burkina ne soit pas une fabrique de chômeurs. Nous allons radicalement changer le système de santé pour permettre une couverture universelle de santé pour tous les travailleurs et fils du Burkina Faso. Nous allons également au niveau de l’école élargir la base des connaissances et des langues. Même le Chinois, nous allons l’introduire dans la formation politique, dans la formation scolaire. Nous allons débuter l’Anglais à l’école primaire. Les langues nationales seront aussi enseignées à l’école primaire.

Camarades, du point de vue économique, notre pays est un pays minier. Nous allons revenir sur le code minier du Burkina Faso afin que l’or du Burkina Faso revienne au peuple burkinabè. Les travailleurs miniers doivent prendre des participations dans les sociétés minières. Sur les sites d’orpaillage, nous allons remettre les sites d’orpaillage aux orpailleurs authentiques du Burkina. Nous allons empêcher que quelques individus amènent du cyanure, empoisonnent notre environnement et compromettent l’avenir des générations futures.

Egalement, au niveau du commerce, nous allons supprimer les monopoles pour que les petits commerçants puissent jouir sur le même pied d’égalité, les mêmes traitements et les mêmes avantages que certaines personnes qui ont le monopole aujourd’hui.

Camarades, nous n’allons pas terminer ce discours sans rendre un vibrant hommage à la femme burkinabè. Le congrès du MPP nous a instruits, une fois au pouvoir, il y aura 50% de femmes au gouvernement contre 50% d’hommes. La jeunesse sera également représentée dans ce gouvernement à 50%. Les institutions seront revues pour que la femme et le jeune burkinabè puisse prendre en charge notre avenir, notre développement.

Nous disons alors que le MPP, c’est le peuple en mouvement. Ce que le peuple veut, c’est ce qui va se réaliser. Nous savons que des élections sont programmées. On a commencé le recensement électoral. Nous demandons à tous nos militants, de retour dans leur province, de s’attaquer au recensement électoral, à l’enrôlement biométrique parce que les meetings seuls ne suffisent pas. Il nous faut battre nos adversaires de demain dans un rapport de 80% à 20% parce que nous sommes le peuple du Burkina Faso. Nous allons être vigilants, les fraudes, les magouilles ne passeront pas parce que si on donne des résultats frauduleux, nous prendront le pouvoir par d’autres voies. Que cela soit compris. Nous sommes des démocrates, mais si on veut tromper le peuple une fois encore, alors là, je vous dis que le peuple sera débout et le peuple ira jusqu’au bout.

Quant à des questions actuelles dites de référendum ou de révision de l’article 37, le peuple s’est déjà prononcé. Le peuple n’en veut pas. Nous voulons la paix sociale, nous voulons la paix dans toutes les villes, nous voulons la paix et la vraie démocratie. Donc, pour que la paix soit maintenue et restaurée, restons dans la justice démocratique en préservant l’article 37, en n’organisant pas de référendum.

Camarades du Kadiogo, aujourd’hui la jeunesse du Kadiogo, les femmes du Kadiogo, les notables du Kadiogo (je salue au passage tous les chefs coutumiers du plateau central ici représentés) ; je leur rends un vibrant hommage. C’est la première fois dans notre histoire que des notables coutumiers, des opérateurs économiques bravant la peur de représailles de la part du régime, s’affichent ouvertement pour un parti politique. Ça veut dire que nous sommes la voie et la voie juste. Sinon ces notables qui ont l’expérience seraient restés à leur place.

C’est la première fois que la jeunesse universitaire et scolaire se met débout pour dire non au tripatouillage de l’article 37 de la constitution, non au référendum. Nous disons alors que le pouvoir du MPP n’a pas d’autre choix que d’être un pouvoir populaire au service de notre peuple. C’est pourquoi ce programme va aider à épanouir la jeunesse, que ce soit dans la culture ou dans le sport. D’ailleurs même avec le MPP, je vous garantis qu’en trois ans, nous ramènerons la Coupe d’Afrique des nations ici. Et nous allons poursuivre pour nous qualifier pour la coupe du monde parce que nous allons mettre en place une politique sérieuse, une politique d’encadrement et des moyens conséquents au profit de notre jeunesse pour faire briller l’image de notre pays tant en sport qu’en matière de culturel.

Camarades militants, l’avenir n’est pas loin. Comme dit le président Roch, demain c’est tout juste demain, ce n’est pas après-demain. Et demain, c’est le MPP avec vous à Kossyam. Pour ceux qui hésitent parce qu’ils ont peur de représailles, ils ont peur d’être sanctionnés, ils ont peur d’être tués, nous disons qu’on ne peut pas tuer le peuple, on ne peut pas vaincre le peuple. Quel que soit le temps que ça va prendre, nous irons à la victoire avec le peuple et pour le peuple.

Nous invitons notre jeunesse à se tenir sur le pied de guerre, à la vigilance car l’accalmie d’aujourd’hui prépare demain des orages si des gens continuent dans leur attitude anti-démocratique, anti-peuple. Nous voulons ici saluer tous nos devanciers morts pour la patrie, nous voulons saluer tous les camarades qui se sont battus pour la démocratie dans ce pays, pour la liberté, le progrès, l’égalité des chances dans notre cher Faso. Nous savons que l’avenir nous appartient. Je vous remercie et bon courage pour la suite des évènements ».

Propos recueillis et retranscrits par Moussa Diallo
Lefaso.net

  • Jeunesse MPP
    Jeunesse MPP
  • Jeunesse MPP
    Jeunesse MPP
  • Jeunesse MPP
    Jeunesse MPP
  • Jeunesse MPP
    Jeunesse MPP
  • Jeunesse MPP
    Jeunesse MPP
  • Jeunesse MPP
    Jeunesse MPP